Fermin Cacho est sûrement le plus grand athlète espagnol de tous les temps. Le monde le découvre aux JO olympiques de Barcelone en 1992 en finale du 1500m. Attendu par tout un peuple et guidé par la présence du Roi Juan Carlos dans les tribunes du stade de Montjuic, il n’est pourtant qu’outsider. Ses seuls faits d’arme internationaux sont des médailles d’argent dans des championnats en salle les 2 années précédentes. Le grand favori est l’Algérien Noureddine Morceli, champion du Monde en titre à Tokyo et qui battra le record du Monde de la distance un mois plus tard. Pourtant, dans une course tactique courue dans un temps relativement modeste de 3’40’’12, le Maghrébin reste englué dans le peloton. Cacho, lui, au gabarit plutôt trapu pour un demi-fondeur, s’extirpe aisément pour remporter l’or dans un sprint ravageur.

Champion olympique du 1500m à Barcelone en 1992

Son titre à domicile, le seul en athlétisme pour l’Espagne avec le marcheur Daniel Plaza sur 20km, le hisse au rang de gloire nationale. On reconnait maintenant aisément son allure sur les tartans. Les bras qui tirent son buste râblé, les yeux qui semblent sortir des orbites, un visage aux traits crispés accentué par un front qui recule, Cacho, presqu’inquiet, ne cesse de tourner la tête à droite et à gauche pour observer ses adversaires. Ce sens tactique et cette vigilance font que cette médaille olympique ne reste pas sans lendemain. Pourtant, la concurrence est rude. Il doit affronter Noureddine Morceli et l’étoile marocaine montante Hicham El Guerrouj, 2 des plus grands milers de tous les temps. Excepté aux mondiaux de Göteborg de 1995, il parvient à remporter une médaille dans tous les championnats internationaux jusqu’en 1999. La plus opportuniste est sûrement la médaille d’argent obtenue aux JO d’Atlanta de 1996 où il profite de la chute d’El Guerrouj pour terminer derrière Morceli, enfin sacré roi de l’Olympe.

A Athènes en 1997, j’assiste dans les tribunes au premier titre du Marocain mais me souviens également de Cacho se jouant dans le dernier virage de l’Algérien, triple tenant du titre. Une semaine plus tard, au meeting de Zurich, l’Espagnol profite du lièvre de luxe qu’est El Guerrouj pour battre le record d’Europe du 1500m.

Record d’Europe du 1500m à Zurich en 1997 en 3’28″95

En 1998, à Budapest, dans un combat ibérique, il termine 3ème des championnats d’Europe derrière la nouvelle pépite espagnole Reyes Estevez et le Portugais Rui Silva.

Mais c’est 1999 aux championnats du Monde de Séville, que je savoure le plus beau 1500m à mes yeux. El Guerrouj, emmené par son compatriote Adil Kaouch, qui se sacrifie, remporte le titre en 3’27’’65 ( !!!) devant Noah Ngeny et 3 Espagnols (Estevez, Cacho et Diaz). Le héros de Barcelone n’est que 4ème mais la communion du trio avec un stade en feu est totale. La folie andalouse fait exploser les décibels. Quelle fête !!!

Aux championnats d’Europe de 2010, j’ai la chance de rencontrer le héros national, sur le terrain de ses exploits au stade Montjuic de Barcelone, comme un clin d’œil de l’histoire.

Avec Estevez avant la finale du 1500m des mondiaux de Seville 1999

Palmarès
    • Champion olympique du 1500m (1992)
    • Vice-champion olympique du 1500m (1996)
    • Double médaillé d’argent aux championnats du Monde sur 1500m (1993-1997)
    • Champion d’Europe du 1500m (1994)
    • Médaillé d’argent au championnat du Monde en salle sur 1500m (1991)
    • Médaillé d’argent au championnat d’Europe en salle sur 1500m (1990)
    • Médaillé de bronze au championnat d’Europe sur 1500m (1998)
    • Détint le record d’Europe du 1500m du 13 août 1997 au 19 juillet 2013 (3’28”95)