La France sait parfois se montrer opportuniste. Eunice Barber est née en Sierra-Leone. Elle fait ses débuts internationaux aux JO de Barcelone  en 1992, année où elle arrive en France, pour échapper à un pays en guerre civile depuis un an, guerre liée principalement au contrôle des diamants. (Je vous conseille d’ailleurs le film avec Leonardo DiCaprio et Jennifer Connely “Blood Diamond” ). Elle poursuit sa progression sportive à Reims et devient Française en février 1999. Juste à temps pour remporter son premier titre international à Séville 99. Soutenue par son équipière Marie Collonvillé (9ème), Eunice Barber se frise les moustaches et remporte le titre mondial au nez et à la barbe de sa principale concurrente Denise Lewis, 2ème à presque 150 points.  Vive la Barber de Séville. Ce dimanche 22 août, Eunice est la noce, ça mériterait la Une du Figaro.

Mondiaux d’heptathlon à Seville 1999

En 2001, à Edmonton, heptathlonienne tenante du titre, elle rate son concours du lancer du poids et est éliminée dès la 2ème épreuve. Elle se sait donc attendue à domicile pour Paris 2003.

Elle devient vice-championne du Monde de l’heptathlon derrière l’intouchable nouvelle star de la discipline Carolina Klüft. Reste le concours de la longueur. En juin, elle a gagné le concours lors de la coupe d’Europe des Nations. Elle peut donc espérer une médaille. Attardons-nous un peu sur ce concours pas banal et rappelons les règles. Chacune des 12 concurrentes de la finale a le droit à 3 essais. A la fin des 3 essais, les 8 meilleures sont gardées et deviennent finalistes (on peut donc être en finale sans être finaliste !!!). Ces 8 participantes ont à nouveau 3 essais et sautent dans l’ordre inverse du classement après les 3 premiers essais. La première après 3 essais va donc sauter en 8ème position ses 4ème, 5ème et 6ème essais. Après 3 essais, Eunice Barber et Tatyana Kotova ont sauté toutes les deux 6,74m mais la Française est en tête à la faveur de son meilleur 2ème essai (6,52m contre 2 essais mordus). Au 4ème essai, la Russe passe en tête grâce à un saut à 6,56m (meilleur deuxième essai pour 4cm). Eunice Barber ne fait pas mieux (6,48m). Au 5ème essai, la 3ème, l’Indienne Anju Bobby George rajoute une pincée de suspense supplémentaire en échouant à 4cm de la première place (6,70m). Kotova saute à 6,72 (meilleur deuxième saut amélioré), la Française mord. Vous suivez? Positions après 5 essais:

  • 3ème Bobby George 6,70m
  • 2ème Barber 6,74m (2ème essai à 6,52m)
  • 1ère Kotova 6,74m (2ème essai à 6,72m)

Il reste un essai. L’indienne passe 6,62m. Elle reste 3ème et gagne la médaille de bronze, Kotova saute 6,62m, ce qui ne change rien et reste en tête. Vient le tour de la Française, au pire deuxième. Le stade est ébullition. Elle doit passer au moins 6,73m si elle veut l’emporter (avec 6, 72m, elle serait battue au meilleur 3ème essai, 6,63 contre 6,52). Course d’élan impeccable, le drapeau blanc se lève, le saut est validé. Attente de la mesure: 6,99m… Championne du Monde !!!! Apprécions la classe de la Russe, qui a battu le rythme de la course d’élan de son adversaire avec le public.

 

Championne du Monde de saut en longueur en 2003 à Paris

Le stade explose. D’autant plus que dans la même soirée, Christine Arron, Muriel Hurtis, Patricia Girard et Sylviane Felix ont la bonne idée de remporter le titre sur 4*100m. Si le stade a hurlé, Seb et moi avons évidemment lâché quelques décibels. Ce qui donne soif. On se retrouve donc pinte à la main dans un pub à Paris, rue Princesse, pour se remettre les cordes vocales en place. A côté de nous, 2 Anglais, avec un gabarit de 3ème ligne. Ce 30 août 2003, il y a également eu un rugby test-match de l’équipe de France face aux XV de la Rose. Victoire des coqs 17 à 16. On chambre gentiment nos voisins British (on est courageux mais pas téméraires). Eux, fair-play, paient leur tournée. Résultat: on ne s’est pas couché tôt…

A Helsinki 2005, Eunice Barber rajoute 2 médailles d’argent à sa collection à la longueur et à l’heptathlon. Mais sous la pluie finlandaise, on est loin de la magie parisienne.

Puis à Osaka 2007, la capitaine de l’équipe de France semble en roue libre. Elle ne participe qu’à la longueur et est éliminée aux qualifications. Ce dernier concours mondial ressemble presqu’à un jubilé. L’interview de Nelson  sonne comme un adieu à la scène internationale.

 

Osaka 2007

Palmarès
  • 2 titres de championne du Monde de l’heptathlon et de longueur (1999-2003)
  • 3 titres de vice-championne du Monde de l’heptathlon et de longueur (2003-2005)
  • Recordwoman de France de l’heptathlon avec 6889 points